Financement des TPE : L’Initiative Souss Massa fait des émules

ELLE CIBLE PRINCIPALEMENT LES TPE ET LES ENTREPRENEURS. DEPUIS SA CRÉATION, L’ISM A DÉJÀ FINANCÉ UN MILLIER DE PROJETS POUR UNE VALEUR DE PLUS DE 60 MILLIONS DE DH. LES PRÊTS SONT FACILEMENT ACCESSIBLES ET LE TAUX DE REMBOURSEMENT ATTEINT 85%. LE MODÈLE EST EN PASSE D’ÊTRE DUPLIQUÉ À TRAVERS LE PAYS.

Les porteurs de projets ne disposent généralement pas du capital de départ nécessaire pour créer leur entreprise et couvrir leurs besoins jusqu’à ce que leur start-up soit en mesure de générer des bénéfices. C’est tout l’intérêt du soutien financier à l’entrepreneuriat à travers plusieurs formules et programmes mis en œuvre afin de soutenir le travail indépendant et le développement de l’entrepreneuriat. A Souss Massa, une initiative inédite est aujourd’hui en passe de faire des émules. Créé en 2007 par le Conseil régional et la Chambre de commerce, d’industrie et des services, rejoints par des institutions publiques, semi-publiques et privées, Initiative Souss Massa (ISM) est un concept innovant et une recette qui marche. Sa démarche est à la fois simple et attirante. Elle consiste en octroi de prêts d’honneur et permet ainsi d’apporter une réponse à la problématique d’accès au financement pour les porteurs de projets. Elle cible essentiellement les TPE et les auto-entrepreneurs de la région. En 15 ans le nombre des prêts accordés a dépassé aujourd’hui le nombre de 1 000, représentant une valeur de près de 63 millions de DH. C’est ce qu’avance Mohamed El Moudden, président de Initiative Souss Massa. Pour rappel, le concept Initiative Souss Massa est unique en son genre au Maroc. Inspiré de l’expérience Initiative France, 1er réseau associatif français de financement et d’appui à la création d’entreprises, il a bénéficié dans ce cadre d’une assistance technique de ce réseau français.

Prêts accessibles et gratuits
La gratuité des services financiers et non financiers accessibles gratuitement pour les entrepreneurs, sans garantie personnelle exigée, est un des éléments clés de la réussite du concept développé par Initiative Souss Massa depuis sa naissance. Approche nouvelle dans son environnement géographique, elle se distingue également, outre une offre de prêt d’honneur, par une stratégie intégrant une gouvernance territoriale et une indépendance de décision des comités d’agrément. Ce sont en effet des bénévoles, experts techniques et des compétences des milieux de l’entrepreneuriat qui accordent le financement après évaluation du candidat, son projet et son adaptabilité par rapport au territoire d’implantation. Les fonds de prêts et le budget de fonctionnement proviennent notamment du Conseil régional Souss Massa qui a délégué à ISM la gestion de trois fonds de 10 MDH chacun. Soit un total de 30 MDH. La Chambre de commerce d’industrie et des services, l’INDH, l’ANAPEC et l’ADS, entre autres, contribuent aussi à l’activité de l’entité. L’expérience réussie et le bon taux de remboursement, qui a atteint globalement 85% et 92% dans le milieu des chefs d’entreprises féminines, a encouragé de nouveaux bailleurs de fonds à s’investir dans ce programme. La réussite de l’initiative a encouragé d’autres régions à tenter l’expérience. Quatre autres régions ont créé leur propre Initiative. Des plateformes régionales seront installées dès le début de l’année prochaine. Et pour coordonner le tout, une Alliance Initiative Maroc a été créée. On table déjà sur un potentiel de 8 200 créations d’entreprises par an générées par cette initiative avec à la clé plus de 24 000 emplois. En attendant le déploiement de tout le dispositif, l’Alliance va trouver très bientôt une ouverture vers les bailleurs de fonds internationaux à travers son adhésion à Initiative internationale. L’entité réunit neuf pays dont le Maroc, et Mohamed El Moudden en tant que président d’Alliance Initiative Maroc devrait siéger parmi les membres du Conseil d’administration de cette structure internationale. Un coup de diplomatie parallèle pour le Maroc par la même occasion à travers ce positionnement, puisque seul le Royaume devrait être le seul pays étranger à être représenté au sein du bureau d’Initiative internationale.
L’enjeu de la démarche dans toutes ses composantes est stratégique pour cette dynamique en réponse à la problématique d’accès au financement pour les porteurs de projets.
Pour un effet multiplicateur, il serait de l’avis du président de ISM de travailler aussi sur l’obstacle du foncier qui constitue aussi un frein à la création des entreprises. Grand nombre de porteurs de projets n’arrivent pas à trouver de local commercial à un prix accessible, alors que des milliers de magasins et garages restent fermés dans plusieurs localités. Il est ainsi d’intérêt de renforcer le dispositif juridique de garantie en faveur des propriétaires des locaux à usage commercial pour les encourager à louer leur bien.
Tout l’enjeu d’une approche multiple en faveur des leviers de l’entrepreneuriat est de susciter la création d’emplois avec un réel potentiel de développement économique.

Objectif, 82 plateformes à travers le pays

Aujourd’hui, après la création il y a près d’un an de l’Alliance Initiative Maroc, c’est vers un modèle dupliqué sur le réseau français que se dirige cette nouvelle entité. A noter que pour l’heure, elle réunit depuis sa mise en place à travers le Maroc, cinq plateformes (Souss Massa, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan, Fès-Meknès,Oujda). Il s’agit maintenant dès 2023 d’installer des plateformes à travers d’autres régions du Maroc et par la suite dans les provinces et préfectures du Royaume, jusqu’à atteindre 82 entités du genre. Selon Mohamed El Moudden qui occupe aussi le poste de président d’Alliance Initiative Maroc, à terme cela pourrait générer près de 24000 emplois par an dans le Royaume à travers un potentiel de 8 200 entreprises créées ou accompagnées par an. De belles perspectives pour lesquelles il faut travailler aujourd’hui en amont en développant ce réseau. Pour ce faire, une convention a été signée entre Initiative Souss Massa, Alliance initiative Maroc et Initiative France. Il s’agit dans le cadre d’une coopération décentralisée d’apporter un appui technique au développement de ce réseau marocain en faveur du financement des TPE. Soulignons que l’AFD et les milieux économiques marocains du privé accompagnent cette démarche à travers le financement de l’expertise et l’assistance technique qui travaillera avec les intervenants concernés pour le développement des plateformes d’Alliance Initiative Maroc.

Source: Lavieeco.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page
Aller au contenu principal